Consent choices
 

Cinq conseils digitaux pour petits commerçants

PROPOSé PAR proximus

5-ditigitale-tips-voor-kleine-retailers.jpg

Internet a bouleversé le secteur de la vente au détail. Le ‘petit’ commerçant est confronté à de nombreux défis, mais aussi à de belles opportunités. Quelques astuces et outils digitaux permettent ainsi de gagner en visibilité. Nous en répertorions cinq importants.

Dans cet article, nous ciblons les petits détaillants, tous secteurs confondus. Nous insisterons sur le pouvoir d’Internet. Ne vous y trompez pas : pour les magasins traditionnels, comme pour les boutiques en ligne, la recherche du client (potentiel) commence souvent en ligne, notamment via ces points d’attention et ces outils.

1. E-commerce versus site Internet

L’e-commerce impacte fortement le travail des détaillants. Le comportement d’achat des clients ne repose plus tant sur l’offre du magasin, mais est dirigé par la demande. L’impact du commerce électronique dépend toutefois énormément du secteur. Pour les supermarchés ou magasins d’alimentation, une fraction du chiffre d’affaires provient du commerce en ligne. À l’inverse, dans la mode ou le multimédia, la part est plus élevée. Et lorsque la part du lion provient de la vente physique, en magasin, le site web d’un détaillant doit offrir bien plus qu’une simple boutique en ligne. Son objectif principal sera de diriger le client vers la (vraie) boutique.
Les détaillants présentant de bons résultats en e-commerce proposent souvent des produits de niche très spécifiques. Selon SafeShops, une fédération professionnelle, notre pays compte désormais 56.642 boutiques en ligne. 17,5% de plus qu’en 2020. Les nouveaux arrivants appartiennent principalement aux micros et petits segments du marché. Ils représentent 97% du nombre global de boutiques en ligne belges. « La Belgique est connue pour être un pays fort en matière de PME, ce qui se reflète aussi dans le paysage numérique » déclare Greet Dekocker, directrice générale de SafeSops.be. Elle croit fermement à la croissance du commerce électronique. « Le changement de comportement ‘en ligne’ des consommateurs se consolide et croît. »

2. E-mail marketing

L’e-mail reste un outil puissant pour les petits commerçants, même en 2022. Vous l’utiliserez pour informer vos clients potentiels de vos promotions et maintiendrez le lien avec les clients existants. Il est vrai que les clients ayant déjà acheté quelque chose sur votre boutique en ligne et qui sont satisfaits sont plus faciles à convaincre que les nouveaux clients. Vous pouvez ainsi leur envoyer un e-mail contenant des informations ou des offres promotionnelles.
L’e-mail marketing peut être réalisé de manière très simple, mais aussi plus pointue. Vous enverrez ainsi des campagnes segmentées en fonction de l’historique d’achat et du comportement en ligne de vos clients. Nous parlons ici, par exemple, de leur recherche de produits spécifiques.

3. Localisation (via SEO)

Les moteurs de recherche comme Google peuvent aussi vous venir en aide en tant que petit commerçant. Cela commence par un profil professionnel comme sur Google My Business. C’est un incontournable pour qui possède une boutique physique. D’une part, le profil indique immédiatement aux clients potentiels où se trouve votre magasin et (très important) quelles en sont les heures d’ouverture. En outre, ce genre de profil accroît la pertinence de certaines recherches et la visibilité sur les moteurs de recherche.


En outre, en tant que petit commerçant, vous utiliserez l’optimisation des moteurs de recherche (SEO) pour vous assurer un meilleur classement dans les moteurs de recherche. L’une des façons d’y parvenir est d’utiliser votre site web et d’y placer des termes de recherche qui correspondent le plus possible aux termes utilisés par vos clients potentiels. Dans le cadre du référencement, il est particulièrement important pour les entrepreneurs du secteur du commerce de détail de se concentrer sur le référencement local. Cela vous garantira de bons résultats auprès de personnes se trouvant dans votre région. En effet, les gens sont plus susceptibles d’entrer des recherches telles que « magasin de mode à Anvers » ou « magasin bio à Liège ».

DÉCOUVREZ AUSSI:

4. Interactivité et community building (via Facebook ou Instagram)

Les médias sociaux sont très importants pour les petits commerçants en termes d’interactivité et de mises à jour. Ils vous permettent de partager des informations régulières avec vos clients, de promouvoir vos produits et de créer des événements. Interagissez avec vos clients. Recherchez l’équilibre idéal entre de l’information (sur vos produits et services), la publicité, les concours, les événements… Les vidéos peuvent aussi apparaître comme une valeur ajoutée. Aux Pays-Bas, l’émission à succès Chateau Meiland a vu le jour après que les propriétaires d’un magasin de décoration décident – alors qu’ils étaient de parfaits inconnus – de tourner une vidéo hebdomadaire reprenant leur assortiment. La vidéo devenant chaque semaine virale, la notoriété est venue d’elle-même.


La plupart des commerçants et des boutiques en ligne utilisent activement Facebook. Instagram s’avère également une plateforme influente, offrant une portée importante et un niveau d’engagement élevé. Les utilisateurs aiment se connecter aux marques et aux produits. Les réseaux sociaux tels que Facebook et Instagram se montrent cruciaux dans la construction d’une réputation en ligne, mais permettent aussi d’établir une communauté autour de la marque. « La meilleure des publicités, c’est quand les clients partagent (proactivement) leur expérience avec votre marque ou la transmettent simplement au moment de leur achat ou, avant, pour montrer leur intérêt. C’est la meilleure manière de construire une communauté en ligne, une réputation, et que l’on renforce la confiance car les (futurs) clients voient que des humains existent bel et bien derrière la marque » explique Yohann Le Bris, expert en marketing digital chez Proximus Business.
 

5. Personnalisation (via social ads ou Adwords)

En tant que commerçant, si vous pouvez proposer le bon contenu personnalisé, à la bonne personne, dans un contexte adapté et au moment adéquat, vous aurez un avantage. Cela se fera de différentes manières, par exemple, par le biais de l’e-mail marketing ou via les médias sociaux. Un atout : le budget est le plus souvent limité et prédéfini. Si l’on en croit la fédération des entrepreneurs Unizo, la proportion de commerçants actifs sur les réseaux sociaux et y effectuant des ventes est passée de 44% en 2018 à 70% en 2020.


Sur Facebook, par exemple, vous dévoilerez votre annonce à un groupe spécifique d’utilisateurs, vous permettant ainsi d’atteindre plus aisément votre groupe cible. Dans Google, vous utiliserez Adwords pour mettre en place une campagne grâce à laquelle les internautes voient votre annonce lorsqu’ils saisissent des mots-clés spécifiques. Avec des moteurs de recherche comme Google, vous ciblerez un public ou une région spécifique à l’aide de mots-clés pertinents (on parle alors de SEA ou Search Engine Marketing. « Cette technologie permettant de cibler et de personnaliser une publicité est aujourd’hui particulièrement abordable et accessible, même pour les petits commerçants » estime Yohann Le Bris de Proximus Business. « Vous devez saisir cette opportunité. Il serait dommage de ne pas en profiter. »

Vous cherchez un partenaire pour (re)dynamiser le marketing digital de votre affaire ? Vous trouverez chez Proximus Business de l’aide et des conseils allant dans ce sens. Plus d’info sur www.proximus.be/BusinessBooster